O.Z.E.Sophrologie

Mesures exceptionnelles

A COVID-19 – MESURES PARTICULIERES

Suite à l’état d’urgence sanitaire que nous vivons actuellement, les accompagnements en présentiel dans mes locaux sont provisoirement arrêtés.

Néanmoins et jusqu’à nouvel ordre, je propose mes accompagnements en visioconférence (Skype ou Zoom).

Aussi je contribue à ma manière et avec toute mon humilité, à améliorer en ces temps difficiles la vie des personnes situées en première ligne, j’adhère à cet effet au projet de :

I LOVE SOPHRO

N’hésitez pas à découvrir ce qui est proposé !

La plateforme Ilovesophro/corona est maintenant référencée sur la plateforme d’entraide :

L’accompagnement proposé par écran interposé fonctionne de la même façon que dans mes locaux.

1er rendez-vous : rencontre, recueil des besoins, mise en place ensemble du nombre de séance et des intentions de séances puis découverte en fonction de notre échange.

Puis chaque semaine (jours et heures programmés ensemble) nous nous retrouvons via Skype, Zoom ou autres pour nos séances.

Plus d’informations, contactez-moi !

Tenez-vous informés sur le COVID-https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus

Dormir, une perte de temps ?

Le sommeil a un rôle déterminant dans l’équilibre et l’harmonie de l’être : il stimule les hormones, développe l’immunité, favorise l’apprentissage et la mémoire, améliore l’humeur, rend davantage vigilant, régénère les cellules et permet même de retrouver un équilibre alimentaire https://youtu.be/kpdknRjQVBA.

Le sommeil agit sur les comportements, il impacte donc la vie de l’individu et la vie en société. Nous sommes nombreux à vivre avec des troubles du sommeil, environ 16% (https://www.sommeil.org/comprendre-le-sommeil/chiffres-et-statistiques-des-troubles-du-sommeil-en-france/) de cette population manifeste des insomnies chroniques qui les conduisent à se médicamenter par la prise d’hypnotiques et/ou autres sédatifs. Notons aussi que ces troubles du sommeil peuvent générer des états de somnolence diurne pour un grand nombre de sujets ce qui constitue une des causes de morbi-mortalité routière, du travail ou encore domestique.

Le sommeil permet une récupération physique, psychique, nerveuse et intellectuelle. Et comme nous l’avons évoqué plus haut son rôle est vital. Le sommeil a une fonction certaine sur le sentiment de plénitude que peut ressentir l’humain. Pour en savoir plus sur le sommeil et en comprendre ses mécanismes https://www.sommeil.org/comprendre-le-sommeil/

Nous savons que la sophrologie pratiquée régulièrement agit sur le stress. Il faut savoir que ce dernier influence les fonctions hormonales. Le stress en impactant directement certaines fonctions physiologiques va entraîner à moyen terme une hyperactivité et un sommeil qui sera qualifié comme « non-réparateur ». Un cercle vicieux se met alors en place d’où le manque de sommeil et l’augmentation importante du stress. Nous aboutissons donc à une insomnie réactionnelle. Si ce trouble dure dans le temps il deviendra chronique.

Face au sommeil , nous ne sommes pas égaux, la sophrologie avec son principe d’adaptabilité a ainsi toute sa place dans l’accompagnement de l’individu pour l’amélioration du sommeil, bien entendu une fois exclu tout problème d’ordre médical. De nombreux sophrologues ont constaté une grande amélioration du sommeil chez ceux qui utilisaient leurs méthodes, même si l’intention initiale de la demande ne traitait pas les problèmes de sommeil en particulier.

La sophrologie accompagne la personne à se rendre un peu plus à son écoute, à mieux se comprendre. Ainsi par l’intégration du schéma corporel ; la reconnexion à ses besoins fondamentaux sera stimulée, et le sommeil fait pleinement partie d’un besoin fondamental physiologique. Chacun pourra donc avoir une meilleure vision de sa propre horloge biologique. Différentes techniques d’ancrage vont permettre de se conditionner positivement pour faciliter l’endormissement. Il est important de rappeler que le sommeil se prépare dès le réveil. L’outil sophrologique renforcera cette capacité à varier les rythmes entre vigilance / non-vigilance et permettre un retour à un état d’équilibre.

Cependant un diagnostic médical est important si vous pensez être atteints d’insomnies. L’insomnie peut-être liée à différentes causes (pathologies physiques, troubles respiratoires, troubles moteurs…) qui non diagnostiquées, ne permettraient pas un accompagnement bénéfique avec la sophrologie.

Les centres de sommeil en région PACA https://www.sfrms-sommeil.org/centres-du-sommeil/provence-alpes-cote-dazur/. N’attendez plus, vous avez bien compris que dormir n’est pas une perte de temps. Bien au contraire c’est un besoin fondamental. Améliorer la qualité de votre sommeil pour améliorer la qualité de votre vie quotidienne. Après un diagnostic établi, la sophrologie s’inscrit dans un travail pluridisciplinaire dans la seule optique de vous fournir des clés et vous rendre acteur de votre sommeil.

Les émotions, pour passer à l’action

Les émotions sont aujourd’hui au cœur des discussions. Nous parlons « émotions » dans chaque domaine de notre vie (au travail, en famille, dans nos rencontres / partages avec les autres…).

Pour comprendre le sens d’un mot il me plaît de découvrir ou re-découvrir son étymologie. Le mot Emotion vient du latin motio = mouvement, e = qui vient de, nous obtenons d’ores et déjà une définition relativement claire : un mouvement qui vient de ! Mais d’où vient cette mise en mouvement ?

  • De l’extérieur (nos interactions, l’environnement, les médias, nos relations aux autres…)
  • de l’intérieur (une pensée, un souvenir…).

Pour développer sa capacité à passer à l’action avec nos émotions quelles qu’elles soient (agréables ou désagréables) il est intéressant de les observer.

Ce travail pourrait se faire en 4 grandes étapes :

  • D’où vient-elle ? Je l’identifie
  • L’émotion est là , comment se manifeste t-elle à moi ? Je l’accueille, l’écoute et l’accepte
  • Je la comprends pour pouvoir agir en fonction, se mettre en mouvement avec elle
  • Je régule mon état physiologique pour retrouver l’équilibre

Les émotions émergent pour une ou des raisons, derrière une émotion nous retrouvons un évènement, un besoin, un comportement. Nous verrons plus en détail ces différents aspects.

Il est vrai que toute émotion est une manifestation psychophysiologique de l’être humain. Cependant l’émotion est aussi une réaction individuelle, elle dépend de la perception du monde que se fait l’individu, de sa personnalité, de sa mémoire psychoaffective, de son histoire et de sa capacité à entrer en relation avec autrui. Il est bon de préciser qu’au moment où l’émotion se révèle c’est parfaitement juste pour la personne qui la vit. Elles peuvent être d’intensité plus ou moins importantes mais sans nul doute elles sont toutes utiles et nécessaires pour pouvoir passer à l’action. Elles agissent un peu comme une boussole pour nous permettre de nous déplacer et d’avancer vers nos objectifs.

Voyons plus précisément quelles sont-elles ces émotions ? Certains psychologues évoquent 4 émotions de bases : la peur, la colère, la tristesse, la joie. D’autres parlent de 6 émotions primaires : en complément aux 4 précitées viennent s’ajouter la surprise et le dégoût. Nous nous pencherons dans cet article sur les 4 premières.

Comme nous l’avons vu plus haut chaque émotion se manifeste du fait d’un évènement (interne ou externe), l’émotion se présente pour que le sujet puisse exprimer un besoin, puis vient la mise en mouvement / le passage à l’action/ le comportement.

Voyons en détail chacune des 4 émotions primaires.

La peur : Lorsque vous vous sentez menacés ou percevez un danger, vous avez besoin de protection, de sécurité, d’être rassurés. La peur tient son rôle d’alarme et vous guide vers « la survie ». Le réflexe adopté est soit la fuite/la prise de distance ou le combat.

La colère : Vous avez franchi une limite, vous êtes face à un obstacle ; le besoin exprimé pourrait être celui d’obtenir réparation, d’avoir du respect ou encore de changer. La colère s’affirme par la passivité (ne pas l’extérioriser, bouder…) ou l’agressivité (protestation, cri, insulte…).

  • La tristesse : Une perte (travail, humain, matériel…), une déception est vécue dans votre parcours de vie. Plus que jamais vous avez besoin de réconfort, de soutien ou encore vous ressentez la nécessité de vous recentrer sur vous/vos valeurs. La tristesse favorise le repli sur soi.

La joie : Une bonne nouvelle, une sensation agréable de plaisir ou de bonheur, des projets réussis… expriment le besoin de partager, rencontrer, se connecter aux autres pour renforcer, savourer ce moment agréable et joyeux. Nous serons ouverts aux autres et dans l’approche.

Comment les techniques utilisées en sophrologie permettent d’intervenir sur notre capacité à accueillir et avancer avec nos émotions qu’elles soient agréables ou désagréables. A mon sens une émotion n’est ni positive, ni négative mais utile et essentielle pour pouvoir agir de la manière la plus juste pour soi. Pour rappel la sophrologie est une technique psychocorporelle qui avec un entraînement régulier va agir sur le corps , l’esprit et les comportements.

Ainsi en fonction des besoins que vous avez et de la sophrologie que j’utilise pour vous accompagner. Petit à petit il vous sera de plus en plus facile de libérer votre corps des tensions inutiles, d’utiliser votre respiration avec le mouvement pour apaiser l’intensité de l’émotion, de considérer à nouveau vos valeurs de vie, de tourner votre regard vers vos projets de vie et vos souhaits, de prendre conscience du passé qui a participé à votre construction de cet instant. Tous ces axes de progression faciliteront à rendre l’émotion du moment juste, et à la rendre simplement en un état réactionnel subjectif à chacun et uniquement de passage.

Pour conclure tout au long de l’accompagnement en sophrologie et de manière progressive (c’est à dire à votre rythme et de là où vous en êtes) vous développerez une conscience dite sophronique. Cet état de conscience vous rendra davantage présent(es) aux différentes sensations de chacun de vos espaces corporels (identification de la manifestation de l’émotion dans votre corps), développera votre capacité à reconnaître et nommer l’émotion, favorisera le travail d’acceptation de l’émotion agréable ou pas, renforcera votre capacité à vous mettre à l’écoute des besoins cachés derrière l’émotion, permettra d’apporter une réflexion posée pour pouvoir répondre au besoin identifié et ainsi passer à l’action avec toutes ces émotions, cette vie en vous !

Pourquoi appréhender ce qui nous mettrait en valeur ?

Peur de la critique, du regard de l’autre sur soi, l’impression de se sentir mal aimé ou peu compris, se sentir inférieur, ne plus croire en soi, se sentir dépassé et cette impression de ne plus être à la hauteur… ouf ! Peut-être pensons-nous avoir atteint nos limites ? Mais nous sommes nous questionnés sur ces limites ? D’où viennent t-elles ? L’environnement : familial, professionnel ? Une expérience négative (là encore je préfère désagréable :-))? Ou alors peut-être aussi que tout simplement nous croyons avoir atteint nos limites parce que nous nous les sommes créées, mais est-ce la réalité ?

Pourquoi tant de peur vis à vis d’un sentiment, un ressenti, un état d’être, une perception… qui pourrait nous valoriser autant dans notre vie professionnelle, que notre vie personnelle. La confiance ! Grand sujet du moment ! Comme vous, pour moi aussi tantôt je la sens bien présente, bien là, tantôt elle me fait faux bond … Développer, éveiller ou encore renforcer ; la confiance est un travail de tous les jours et de longue haleine. Nous devons parfois faire marche arrière, et recommencer plusieurs fois…il est question là de persévérance. Chaque petit pas vers l’avant, nous permettra de développer un peu plus cette confiance. Le processus vers la confiance implique des hauts et des bas…. un peu comme les montagnes russes et ses pentes sinueuses ! Et si tout simplement nous apprenions à changer la perception que nous avons de nous et de l’autre !

Nous ne sommes pas tous égaux face à la perception que nous avons de nous-même. Mais ce qui est certain et que nous avons tous en nous, ce sont nos propres ressources. Et au quotidien si nous l’avons décidé, nous pouvons marche après marche, un pas après l’autre aller et avancer vers ce processus de « Confiance ». C’est un réel travail de développement personnel, un challenge face à soi-même, un programme de transformation.

La confiance prend racine dans l’enfance, elle s’élabore et plus tard se renforce en adoptant les bonnes attitudes et en développant les efforts requis pour pouvoir atteindre ses objectifs.

Je vous propose en quelques étapes de commencer votre processus de changement/ de perception :

1- Faire un état de sa situation (comprendre les processus qui en sont à l’origine) qui résulte de ses propres choix et de personne d’autre.

2- Prendre conscience de ce process et définir ses propres besoins, ce à quoi vous aspirez.

3 – Penser à votre objectif, un objectif réaliste. Vous rêverez plus grand lorsque les petites batailles seront gagnées 🙂

4 – Créer un contexte favorable à la confiance en soi en écartant le plus possible les sources négatives

5 – Construire une image positive de vous-même et soyez-y fidèle. N’hésitez pas à vous imaginer le plus détaillé possible dans la réussite, l’accomplissement, ressentez les efforts que vous avez dû fournir pour obtenir ces résutlats. Et repassez vous le film, quelques minutes par jour seulement.

6 – Considérer l’échec dans votre parcours. Juste en vous y préparant aussi ! En voyant les choses de manière objectives. Ainsi si des « rochers » venaient à se glisser sur votre chemin vous pourrez les gérer d’une main de maître et ainsi rendre de nouveau accessible la route. L’échec fait totalement partie du cheminement ! Percevez chaque situation comme une expérience évolutive et enrichissante.

7 -Faire un point sur les choses accomplies et celles restant à faire. Observez peut-être à ce niveau des comportements nouveaux. Acceptez-vous totalement : points forts et points faibles, l’équilibre est juste !

8 – Faire des pauses, et récompensez-vous pour chaque pallier, chaque étape!

Et si il faut recommencer, faites-le ! Encore et jusqu’à ce que vous soyez en parfait harmonie avec vous-même, en équilibre entre intérieur et extérieur ; entre être et avoir ; entre présent et avenir. Jusqu’à ce que vous soyez à l’aise avec vos nouvelles attitudes, vos nouveaux comportements.

Peut-être que vous pouvez vous lancer avec un ami, un collègue, un membre de votre famille qui comme vous souhaite davantage tirer profit de cet état, de ce ressenti, de ce sentiment pour aller de l’avant.

Vous avez dit Sophrologie !

Nous avons tous à un moment donné de notre vie fait et utilisé la politique de l’autruche. Que cela ressort du domaine personnel ou professionnel, vous savez cette manière de toujours montrer le bon côté de sa vie, toujours avec ce sourire immense aux lèvres et ce « je vais super bien ». Alors qu’en fait au fond de soi, nous sommes rongés par ce mal-être incessant, qui petit à petit nous grignote, nous consume à petit feu, très lentement !

J’ai été comme ça aussi, au final je me mentais à moi-même, tout ça pour « paraître » dans le regard des autres. Et puis un jour je me suis demandée et s’il était possible de changer quelque chose pour me sentir mieux, que serait cette chose ? De quoi j’avais envie ?

Et tout naturellement, tout simplement je me lance dans ma vie, où partage, authenticité, rencontre, et vivant sont pleinement présents ! C’est en 2014, que j’ai choisi de me remettre sur mon chemin, en redécouvrant la méditation, puis le Reiki, pour me diriger vers la sophrologie un chemin jonché de valeurs de vie qui me font vibrer et avancer.

Je fais donc le choix, d’accompagner et transmettre (comme le ferait un guide de montagne) la Sophrologie. Pour permettre au plus grand nombre de redécouvrir la vie en eux, leurs valeurs, leurs capacités et leurs ressources.

Mais qu’est ce que la sophrologie ? Pour cela revenons aux sources.

Le Dr Afonso Caycedo (1932 – 2017), est neuropsychiatre d’origine colombienne. C’est en 1960 qu’est née la sophrologie. Dr A. Caycedo se base sur la phénoménologie et les différentes étapes de la modification de la conscience. A l’origine la technique est utilisée uniquement dans le domaine médical. C’est dans les années 1980 qu’il créé sa branche sociale. Il s’est inspiré à travers ses différents voyages de techniques issues d’orient et d’occident. Les points communs à toutes ces techniques sont : – le lien entre le corps et l’esprit – la recherche de l’équilibre entre soi et son environnement.

Il collabore avec Ludwig Binswanger (père de la psychiatrie phénoménologique). Il s’intéresse de plus près à l‘hypnose thérapeutique (il créé en 1959 la société d’hypnose clinique et expérimentale) et à plusieurs techniques de relaxation.

Il s’inspire également de techniques issues de l’Inde (Yoga), du Tibet (bouddhisme) et du Japon (zen). A travers ses différentes expériences il forme donc le cycle fondamental de la sophrologie.

La sophrologie se vit …je vous partage une partie de mon vécu lors de mes entraînements sophrologiques.

J’ai d’abord intégré la sophrologie à travers mes perceptions corporelles, j’ai réappris à vivre mon corps tel qu’il est réellement et quels agréables sentiment de sécurité intérieure, sentiment de confiance. Je chemine au fil du temps vers plus d’harmonie, d’équilibre entre mon physique, mon mental et mes émotions.

… Mon corps est présence et j’en fais la simple constatation ! Il est à la fois ouverture à mon monde intérieur et à la fois ouverture au monde extérieur.C’est à travers lui que je communique. Avec l’entraînement sophrologique, j’ai appris à me concentrer sur mon corps et à écouter ses messages. C’est tout naturellement qu’il devient ma boussole, mon guide. Mon mental qui au rythme de l’harmonie retrouvée se fait plus petit me permet d’être souvent dans l’instant présent et de faire preuve de plus d’efficacité …

J’ai appris avec la sophrologie à être ; avec mes failles et mes irrégularités, être simplement avec ce que j’ai : défauts et qualités !

… J’ai découvert en moi : de la joie, de l’amour, de l’espoir ou encore de la confiance mais aussi de la tristesse, de la colère ou encore de la peur… je regarde simplement toute cette vie qui circule en moi, avec bienveillance, sans jugement et sans jamais les poser et les entretenir au fond de mon cœur …

Je me maintiens en toute conscience dans un état d’écoute du corps, du mouvement intérieur qui me traverse. J’écoute mes émotions du moment, et je prends systématiquement quelques minutes pour les accueillir telles qu’elles sont ici et maintenant avec bienveillance et je me mets en mouvement avec elles. Je m’offre donc un accueil authentique en toute humilité, et la possibilité d’accueillir l’autre de la même manière… je profite de chaque instant de partages, d’échanges, de complicités…

Mon voyage intérieur, aux milles couleurs, m’a ouvert cœur et âme au monde extérieur.

Je suis aujourd’hui au point de départ d’une vie plus harmonieuse, avec plus d’espoir et de confiance… je me reconnais et m’accueille pleinement… consciente d’être, dans ma verticalité, dans mon horizontalité, et dans mon espace… parmi les autres, parmi la nature, parmi l’espace, parmi l’univers …un système dans un système.

Nous sommes chacun avec des différences, différences qui sont impermanences… et quand le quotidien de la vie me rattrape, je fais au mieux pour revenir à chaque fois en mon centre pour mieux accueillir : moi et l’autre…

Pour conclure de mon intégration de la sophrologie, je me permets aujourd’hui d’être libre, libre dans mes actes. Je me laisse porter par le souffle de vie qui réside en moi. Je ne brime plus mes émotions et j’ai pris conscience que l’ouverture à l’autre permet une belle et agréable connexion à soi-même. Et quelle belle expérimentation de se retrouver bien en soi, de danser avec la vie, que la rencontre de cœur à cœur est la plus belle de toutes les rencontres !!!

Pour plus d’harmonie, d’équilibre, connaissons-nous nous même ! Abandonnons croyances et comportements anciens et agissons sur nos comportements nouveaux et attitudes (pourquoi pas avec un entraînement sophrologique) en laissant émerger capacités et ressources positives.

La sophrologie démontre jour après jour son efficacité dans un monde qui va toujours plus vite, vers plus de performance, un monde qui retourne aussi vers l’essentiel, vers la quête de valeurs et de mieux-être.